20/20 Miss Outlet avec Hatim Ammor

Juste avant sa préparation pour le Festival Mawazine en mai et le Festival de Casablanca en juillet, le petit gagnant de l’édition Studio 2M 2004, devenu grand, a répondu sans hésitation aux questions de Miss Peoplette… Le sourire aux lèvres et en vrai gentleman, Hatim Ammor, nous raconte tout sur sa vie de star et surtout d’artiste…What else ?
1/20 : Thé ou café ?

Hatim : Thé.

2/20 : Si tu étais un instrument, tu serais ?

Hatim : Une clarinette.

3/20 : Ta chanson préférée ?

Hatim : Bent Bladi.

4/20 : Si tu étais une ville ?

Hatim : Je serai toutes les villes du Maroc

5/20 : Si tu étais un film, tu serais …

Hatim : Titanic.

6/20 : Une autre passion que la musique ?

Hatim : Le football.

7/20 : Ton style de vêtement ?

Hatim : Un peu de tout, des fois je suis plutôt classique, d’autres je m’habille d’une manière fashion ou même cagoule.

8/20 : Est ce que tu aimes la mode ?

Hatim : Oui, comme tous les jeunes de mon âge ! (Rires). Et puis j’essaie toujours de soigner mon apparence pour être à la hauteur des attentes de mon public.

9/20 : Une marque de prédilection ?

Hatim : J’aime une panoplie de marques.

10/20 : Un parfum ?

Hatim : Bleu de CHANEL.

11/20 : Un style de filles ?

Hatim : Les marocaines, je les aime et les respecte toutes.

12/20 : Comment t’est venu l’amour de la chanson et de la musique ? As-tu toujours voulu devenir chanteur ?

Hatim : En fait, j’étais un féru du chant et de la musique depuis ma tendre enfance. Tout petit, J’étais charmé par la musique classique et chantais toujours les inoubliables chansons de "Mohamed Abdelwahab", "Abdelhalim Hafid" ou encore "Abdelhadi Belkhayat" sans même articuler correctement les paroles. A l’âge de 6 ans, j’arrivais à jouer sur mon orgue tous les refrains et morceaux que j’entendais, sans même apprendre les notes de musique.

Bref, le chant et la musique coulent dans mes veines. Je ne pouvais rêver que d’être artiste. (Sourire)

13/20 : Comment se sont fait tes premiers pas dans la musique ? Y a-t-il eu un avant Studio 2M ?

Hatim : Ça a commencé au collège. À cette époque là, j’avais déjà mon premier public d’admirateurs : un cercle restreint composé de ma famille et quelques proches, mes collègues de classe et les enseignants. Ce petit monde me réclamait de plus en plus pour interpréter des morceaux lors des soirées et fêtes et s’est élargi au fil des années, en m’encourageant sans cesse à entamer une carrière de chanteur.

Devenu jeune homme, toujours captivé par le chant et la musique, j’ai décidé de me livrer à ma grande passion et de lui dédier toute mon énergie. C’est ainsi que j’ai participé à plusieurs émissions pour jeunes talents.

Oui, il y a eu un avant Studio 2M ! En fait, j’ai donné le coup d’envoi à mon parcours musical en 2001, à travers ma participation à l’émission " Noujoum wa Noujoum " où j’avais obtenu le troisième titre. Deux ans plus tard, j’ai retenté ma chance dans l’émission " Casting Star ", où j’avais emporté le premier prix.

Ensuite, j’ai participé à plusieurs autres émissions internationales telles que "Super Star" et "Star Academy" or la chance n’était pas au rendez-vous.

14/20 : Comment as-tu décidé de passer le casting en 2005 ? Comment s’est passée l’expérience Studio 2M ?

Hatim : A vrai dire, je n’étais même pas au courant de la tenue des castings. En fait, je venais de rentrer du Liban et après ma déception à la Star Academy, je n’avais aucune envie de participer à une autre émission de jeunes talents, du moins à ce moment là.

C’est mon père qui m’y encouragea et m’avait même conduit directement de l’aéroport aux locaux de 2M et vous connaissez certainement la suite. (Rires)

L’expérience de Studio 2M ? En un mot, ce fut la meilleure ! (Sourire)

15/20 : Ton plus beau souvenir Studio 2M ?

Hatim : Quand Iman Ntifi (présentateur de l’émisison) a annoncé mon nom en tant que gagnant.

Mais en général, tous les moments que j’ai passé à Studio 2M étaient inoubliables.

16/20 : On dit souvent aux jeunes artistes que c’est après l’émission que tout commence. Quel a été le déclic après l’émission, comment est né Hatim Ammor, le chanteur ? Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Hatim : Tout à fait, les émissions de jeunes talents ne constituent qu’un simple tremplin, le plus dur c’est ce qui arrive après.

Pour moi personnellement, après studio 2M le déclic fut le lancement de mon deuxième single « Gouly » - paroles et musique Nabil EL KHALDI, arrangements Hamid DAOUSSI. En effet, « Gouly » fut l’un des tubes de l’année 2006 ! Il a été diffusé non seulement sur les ondes des radios et télévisions Marocaines mais aussi sur de grandes chaines internationales arabes telles que Mazzika et Zoom même s’il est chanté dans un arabe Marocain…

Comme tous les artistes Marocains, la difficulté majeure que j’ai rencontrée fut l’absence de producteurs. En fait, hormis « Wala Marra » et plus tard « Bent Bladi » produites par 2M, toutes les autres chansons qui ont été ajoutées à mon répertoire musical étaient le fruit d’une auto production.

17/20 : Plusieurs artistes ont choisi de faire carrière à l’étranger, dans les pays arabes ou du Moyen- Orient. Pourquoi ? Les moyens sont-ils limités au Maroc ? Comment te situes-tu par rapport à cela ?

Hatim : Effectivement, l’absence de moyens au Maroc pousse les artistes à chercher à faire carrière à l’étranger.

Moi aussi, d’ailleurs, je suis passé par cette expérience ! J’avais signé un contrat avec la grande maison de production Égyptienne Alam Al Phan qui réunit de grands noms tel que Samira Said, Samo Zein, Hany Chakir et Tamer Hosni. Or, ce fut un arrangement infructueux et mon album n’a jamais vu le jour bien qu’il était entièrement prêt.

Ainsi, je suis rentré au Maroc pour essayer de faire carrière plutôt dans mon pays.

18/20 : Concernant tes compositions originales, comment définirais-tu ton style musical ? Quelles ont été tes influences musicales ?

Hatim : Mon style musical ? Pop Marocaine.

Mes influences ? J’écoute pratiquement tout les styles musicaux et j’essaie de trouver un style propre à Hatim AMMOR.

19/20 Ton actu…

Hatim : Je suis sur le point de lancer un album 100% marocain en commun avec l’artiste Leila EL BERRAK. C’est un album produit par 2M qui inclut quatre singles pour chacun d’entre nous, en plus d’un duo.

Sur un autre volet, je m’apprête à rencontrer cette année mon public à la fois au festival Mawazine et au Casa Music en plus de bien d’autres festivals.

20/20 : Un dernier mot pour Miss Outlet et pour tes fans ?

Hatim : Sachez que je vous aime et que je fais toujours de mon mieux pour être à la hauteur de vos attentes (Sourire).

Commentaires

Tous les articles